Association du souvenir du corps expéditionnaire russe en France

Publicité

#9 LA GAZETTE DE L’OURS MICHA, LA MASCOTTE DU CORPS EXPEDITIONNAIRE RUSSE

8 mai 2013 at 10 h 18 min

IN MEMORIAM

Président de notre Association que Sergueï Sergueievitch dirigea de nombreuses années, dont il fut et demeure le Président d’honneur, il me revient d’évoquer, maintenant qu’il nous a quitté, la haute personnalité du Prince Serge Obolensky. A la tête de très nombreuses associations, responsable d’entités religieuses orthodoxes russes (diocésaines, paroissiales), son décès en ce jour du 1er janvier 2013 a suscité maints panégyriques et descriptions biographiques. J’évoquerai donc plutôt les traits qui font de lui la personnalité de la colonie russe la plus éminente de la fin du 20ème siècle.

Ce n’est qu’assez tardivement que nous avons fait connaissance. Un courrier qu’il avait publié dans le Figaro m’avait quasiment enthousiasmé et bien que n’ayant pas le goût des échanges épistolaires, je lui adressai une 1ère lettre. J’appréciai en retour sa réponse, courtoise, élégante et frappée au coin du bon sens. Nous eûmes par la suite différents contacts des plus intéressants.

Au début des années 90, je sollicitai de sa part mon adhésion à une de ses associations. Je fus étonné de sa réponse. « Bon, bien sûr. Pas de problème! Mais ce n’est pas le principal. J’ai besoin de vous pour Mourmelon ». Et c’est ainsi que je suis entré dans l’ASCERF. Une relation particulière s’était établie entre nous. Basée en partie sur des considérations territoriales ! Tous deux nous étions Niçois par nos racines françaises. Il était un ami d’enfance de ma mère et les aléas de la Révolution les avaient fait naître tous les deux, à quelques mois près, dans le même Caucase. Ses grands-parents avaient parrainé l’entrée dans le monde de ma grand-mère maternelle, orpheline encore enfant. Nous n’avions jamais oublié leurs attentions.

D’une présentation exemplaire, il avait grande allure, une tenue naturelle qui reflétait l’éducation, le savoir-vivre et le savoir-être, la courtoisie et on ressentait chez lui la quintessence de générations de personnes de qualité, d’officiers, de hauts fonctionnaires. Dénué de toute morgue, simple et direct dans le contact, il avait un sens certain de l’humour, une fraîcheur d’esprit qui n’apparaissait peut-être pas à tous ses interlocuteurs, qu’il impressionnait souvent.

Sous des abords réservés il y avait un homme de bonté, de devoir et d’attentions, un fervent chrétien. Un patriarche qui souriait aux gambades des bambins, nombreux autour de lui. Il a toujours eu le sens de la transmission, de celles des valeurs, des générations. On dira de lui que ce fut un grand conservateur, dans toute la noblesse du terme. Conservateur certes mais pas réactionnaire. Pour lui, les valeurs étaient permanentes. Les traditions, elles, n’excluaient pas l’évolution naturelle.

Son esprit clair et rigoureux reflétait sa formation d’ingénieur. Son ouverture d’esprit, sa curiosité, son goût pour la lecture, son intelligence en faisaient également un humaniste. La

2combinaison de ses diverses qualités en faisait un leader, capable de saisir les différents éléments d’une situation, d’en tirer la quintessence, en faire la synthèse et prendre rapidement une décision. Même si celle-là consistait justement à ne pas en prendre et souvent, à la différence de nombreux interlocuteurs, laisser le temps faire son œuvre d’apaisement.

Mais il est un trait chez Serguei Sergueievitch qui me parle particulièrement. Véritable Russe, il fut aussi un véritable Français et fier de l’être. Il sut toujours se positionner sans faiblir et sans se renier. Attentif à tout ce qui est Russe, compatissant aux drames humains qu’a connu le pays de nos ancêtres, il fut toujours clair et précis dans ses positions vis-à-vis des autorités tant soviétiques que des successeurs. Il savait que l’ancien monde dans lequel il était né ne reviendrait jamais, que les Russes d’aujourd’hui ne nous comprenaient pas plus que nous ne les comprenions….et qu’il fallait se faire une raison de cette différence.

La France officielle a reconnu la fidélité et l’action du Chef de bataillon honoraire Serge Obolensky en le décorant et promouvant à plusieurs reprises dans les Ordres Nationaux. Nous pourrions parler des heures et des heures de Serguei Sergueievitch car ce fut un personnage fascinant. Mourmelon sans lui est difficilement concevable. Comme il l’était déjà sans Viktor Nikolaievitch Bakchine, sans Lennik Obolensky. Tous nous ont légué le soin de poursuivre la mission.

Georges de Brevern Le Président

Téléchargez la gazette

Décès du prince Serge OBOLENSKY

29 janvier 2013 at 21 h 51 min

Notre président d’honneur, le prince Serge OBOLENSKY, est décédé le 1er janvier 2013.
Les obsèques ont eu lieu le 4 janvier en la Cathédrale Orthodoxe Saint Alexandre Nevsky à Paris
L’office du 40ème jour aura lieu le samedi 9 février après les Vêpres à la Cathédrale


Наш почётный председатель, Князь Сергей Сергеевич ОБОЛЕНСКИЙ, скончался 1го января 2013.
Похороны состоялись 4го января при Соборе Св. Александра Невского в Париже.
В субботу 9-го февраля 2013 г. отмечается 40-ой день кончины князья Сергея Сергеевича.
Панихида будет отслужена в субботу 9го февраля в Соборе после всенощного бдения.

#8 LA GAZETTE DE L’OURS MICHA, LA MASCOTTE DU CORPS EXPEDITIONNAIRE RUSSE

10 janvier 2013 at 17 h 25 min

LE MOT DU PRESIDENT

Le centenaire de la 1ère Guerre Mondiale approche à grands pas. C’est le moment de s’interroger sur le sens et l’impact de notre mission, en regard de l’évolution qu’a connue le monde.

Depuis 1914, que de changements, technologiques d’abord et plus encore, de structures et de mentalités ! L’Europe s’organise… Les notions de patrie, d’engagement sont contestées. Le respect des valeurs historiques qui étaient partagées par l’écrasante majorité de l’humanité, le courage, la parole donnée sont souvent ridiculisés au profit du laxisme, de l’individualisme, de la facilité, de l’absence de solidarité humaine.

Dans ce contexte, il est difficile d’exalter les vertus de nos grands anciens sans passer pour des passéistes, attachés à des valeurs dépassées, amateurs de cérémonies traditionalistes, nostalgiques de l’uniforme. Il est paradoxal de constater que si nous sommes souvent confrontés en France à cet état d’esprit, la Russie d’aujourd’hui, après près de 80 ans de rejet, manifeste actuellement un intérêt militant pour le Corps expéditionnaire et la Légion Russe, allant même jusqu’à forcer le trait.

Il nous appartient de poursuivre notre action, contre vents et marées, à porter haut le pavillon de la mémoire du Corps expéditionnaire et de la Légion pour l’Honneur. Telle est notre mission. Il ne s’agit pas de célébrer les victoires des combattants russes sur un ennemi quelconque mais de rappeler les sacrifices, l’abnégation, le sang versé, le sens de l’honneur, le respect de la parole donnée qui furent les leurs. La vraie Victoire de la Légion pour l’Honneur n’est pas d’avoir participé aux combats jusqu’aux derniers jours mais plutôt d’avoir contribué, avec la cessation du bain de sang, au retour de la paix en Europe.

Nous devons donc continuer à promouvoir la mémoire de nos combattants, dignes fils de la Russie, qui luttèrent aux côtés de leurs frères d’armes français dans une guerre injuste, et témoignèrent de leur foi, de leur courage, manifestèrent leur héroïsme et leur abnégation. Fidèles à la parole donnée, ils sont l’image réelle d’une Russie éternelle qui entamait à cette époque un bien triste chemin de croix.

Georges de BREVERN

Téléchargez la gazette

#7 LA GAZETTE DE L’OURS MICHA, LA MASCOTTE DU CORPS EXPEDITIONNAIRE RUSSE

21 mai 2012 at 9 h 23 min

LE MOT DU PRESIDENT


Dans deux années débuteront les commémorations du centenaire de la 1ère Guerre Mondiale, la guerre la plus sanglante que l’Europe ait connue. La France a été saignée à blanc et que dire de la Russie dont elle a généré la désagrégation !

Dans 4 ans, nous commémorerons le centième anniversaire de l’arrivée du Corps expéditionnaire russe en Champagne et à Salonique. Depuis longtemps déjà, l’ASCERF a répondu présent à la demande des autorités locales de Champagne de la voir prendre sa part dans les initiatives et les réalisations de ces commémorations. L’année 2016 a été retenue pour mettre en valeur la contribution russe à l’effort de guerre franco-allié en Champagne.

Nous travaillons déjà sur notre participation qui s’articulera bien sûr autour de notre Pèlerinage traditionnel de mémoire. 1916, pour le Corps expéditionnaire, ce sont les combats d’Auberive, ceux de la Pompelle, les affrontements et les routines de la montée au front et de l’arrière, la solidarité et l’amitié forgées dans l’action…

Nous prévoyons une collaboration étroite avec le musée du fort de la Pompelle, une exposition photographique, des conférences, des manifestations musicales, des publications…

La contribution de l’ASCERF ne se limitera ni à l’année 1916 ni à la région de Saint Hilaire. Ainsi nous envisageons une action de mémoire avec la ville de Courcy où le Corps expéditionnaire a connu la seule victoire de l’offensive du Chemin des Dames et proposerons notre concours aux commémorations concernant les grandes actions de combat dans lesquelles fut impliquée la Légion russe pour l’Honneur.

Comme vous le voyez, nous avons du travail devant nous. Un grand merci à ceux d’entre vous qui œuvrent déjà activement à la réalisation de nos projets. Un autre grand merci attend également ceux qui voudront se joindre à nous avec leurs idées et leur participation. Celles-ci comme eux-mêmes sont les bienvenus !

Georges de Brevern

Téléchargez la gazette

#6 LA GAZETTE DE L’OURS MICHA, LA MASCOTTE DU CORPS EXPEDITIONNAIRE RUSSE

13 janvier 2012 at 18 h 18 min

Avec les meilleurs  voeux pour 2012 du Président et du Conseil d’Administration de l’ ASCERF

Cette année 2011 fut riche et dense pour notre Association. Nous avons eu à déplorer la disparition de nos fidèles amis Lennik (prince Leonid Obolensky) et Victor Bakchine, qui fut plusieurs décennies durant l’actif vice-président du prince Serge Obolensky. Nous renouvelons à leurs familles l’expression de toute notre sympathie. Mais, grâce à la naissance de plusieurs enfants et petits-enfants, la relève est assurée ! Dans tous les domaines, notre Association a été particulièrement active. Le point fort de cette année fut l’érection et l’inauguration, à l’occasion du Pèlerinage annuel, du monument aux morts tant espéré dans « notre » cimetière militaire russe de Saint-Hilaire- le-Grand. Notre gratitude va au ministère de la Défense pour avoir si spontanément répondu avec générosité et grandeur d’âme à notre sollicitation. Une délégation de l’ASCERF a été associée à l’inauguration du monument franco-russe derrière le Grand Palais. Les Journées du Patrimoine, animées par nos amis Martine et Daniel Mathe, ont connu un franc succès en septembre. Le Comité de la Flamme nous a convié à raviver cette dernière le 12 octobre. Une cérémonie militaire s’est tenue le vendredi 11 novembre, jour de l’Armistice, à notre cimetière de Saint-Hilaire-le-Grand. Ce même jour, nous avons fait déposer une gerbe à la plaque commémorative du Corps expéditionnaire russe du fort de la Pompelle, à Reims. Grâce à l’implication, le professionnalisme et l’entregent de Serge Kniazeff, notre dynamique vice-président, la coupole dorée de la chapelle a retrouvé son lustre. Son toit ne menace plus ruine et les baraques sont dotées de puissantes dalles qui leur permettront encore 50 ans de longévité!

On notera également la publication cette année de 2 numéros de « La Gazette de l’ours Michka ». Le 3ème (ce n°6) est en cours de diffusion. Je tiens à exprimer ma vive reconnaissance aux membres de l’Association et à ceux de nos amis qui nous ont permis de mener à bien ces réalisations.

En formulant le vœu que 2012 soit aussi réussi que 2011 pour l’ASCERF, au nom de celle-ci, de son Conseil d’Administration et en mon nom propre, je vous adresse à vous, à vos familles et à vos proches nos vœux les meilleurs et les plus cordiaux à l’occasion de l’Année Nouvelle.

Georges de Brevern

Téléchargez la Gazette n°6

#5 LA GAZETTE DE L’OURS MICHA, LA MASCOTTE DU CORPS EXPEDITIONNAIRE RUSSE

1 juin 2011 at 9 h 29 min

La fin de l’année 2010 a été riche en évènements pour l’ASCERF.

Le précédent numéro de la Gazette de Michka en a relaté un certain nombre.
Arrêtons-nous sur quelques points forts. Une Assemblée Générale Extraordinaire, convoquée le 16 décembre 2010, a adopté plusieurs modifications aux statuts. Ainsi le nombre des membres du Conseil a-t-il été augmenté. Un premier Conseil de 12 membres, réuni le 16 février 2011, a élu le nouveau Bureau dont la composition a été portée à la connaissance des membres de l’ASCERF.
A cette occasion une nouvelle répartition des tâches a été entérinée, intégrant l’arrivée d’éléments nouveaux, jeunes, dynamiques, porteurs d’idées novatrices. Il a été décidé de doter chaque membre de responsabilités propres, tant au sein du Conseil que dans le cadre plus spécifique du Pèlerinage, de la gestion de notre patrimoine matériel et immatériel.
Redéployer les responsabilités découle du désir des membres du Conseil de participer collectivement de façon créative à la mise en œuvre de la mission de l’ASCERF, leur forte motivation, la volonté et le plaisir de travailler ensemble dans une ambiance amicale et solidaire, de faire progresser notre action…

Téléchargez la Gazette N°5

#4 LA GAZETTE DE L’OURS MICHA, LA MASCOTTE DU CORPS EXPEDITIONNAIRE RUSSE

6 janvier 2011 at 12 h 59 min

Le Docteur Georges Kopiloff ayant souhaité remettre entre les mains du Conseil d’Administration ses fonctions de Président de l’ASCERF, j’ai été élu le 9 octobre 2010 pour le remplacer.
Nous devons exprimer notre reconnaissance à Georges Viatcheslavovitch d’avoir bien voulu exercer ces hautes responsabilités, à la suite du Prince Serge Sergueievitch Obolensky, qui fut pendant tant d’années notre guide dans la conduite de l’Association.
Ce fut une tâche complexe, prenante et particulièrement responsable que le Président Kopiloff assuma avec implication et efficacité pendant deux ans et demi. Qu’il en soit ici remercié !
Aujourd’hui, le Conseil lui a confié les fonctions de Conseiller spécial, en charge des questions d’histoire et de tradition.
Désormais, la Présidence m’incombe et je mesure bien l’honneur qui m’échoit et l’ampleur de la mission …
Elle n’est pas mince. Nous devons remplir le devoir que nous ont confié nos anciens, les officiers survivants du Corps expéditionnaire russe en France. Perpétuer la Mémoire du Corps expéditionnaire et les valeurs dont il était porteur. Entretenir la chapelle-mémorial. Maintenir le lien avec les associations d’anciens combattants français …
Le Conseil, en place depuis 2008, et moi-même, nous œuvrons déjà depuis cette période à la réalisation de ces tâches. Des initiatives ont été lancées, certaines déjà réalisées, d’autres en cours, d’autres encore, en projet …
Forts de votre soutien dans cette période qui connaît ses spécificités, où notre « monopole » de devoir de Mémoire envers le Corps tend à être remis en cause, où nous devons accentuer notre action en direction des autorités françaises,des décideurs, des amis anciens combattants, des historiens français et étrangers, des media, nous sommes résolus à ne pas baisser les bras et mettre toutes nos forces au service de la Mémoire du Corps expéditionnaire russe.
Nous n’avons pas le droit, ce serait trahir nos anciens, de laisser la mémoire devenir l’objet de quelques manipulations politiques. Nous devons continuer à faire connaître le Corps
expéditionnaire, son histoire, l’histoire de l’ASCERF et du devoir de mémoire tel qu’il a été illustré
par nos anciens, par nous-mêmes, par les autorités françaises et les associations d’anciens
combattants amis.
Directement issue du Corps expéditionnaire, l’ASCERF est la seule structure légitime qui
puisse s’y référer. Elle en est la gardienne incontournable.
Le Conseil et moi-même, nous nous engageons à être dignes de votre confiance.

Georges de Brevern

Télécharger la Gazette

#3 LA GAZETTE DE L’OURS MICHA, LA MASCOTTE DU CORPS EXPEDITIONNAIRE RUSSE

20 décembre 2010 at 17 h 17 min

L’année 2010 – c’est l’année croisée France-Russie, Russie-France, voulue par les deux Présidents. De nombreuses cérémonies sont organisées dans chacun des pays.
Mais pour nous, c’est une année d’exception !

En effet, nous verrons le rétablissement définitif de notre croix, témoignage de notre foi orthodoxe et le refleurissement du cimetière militaire russe de Saint-Hilaire-le-Grand.
Suite aux engagements actuels des autorités, en 2011 notre monument aux morts sera reconstruit, à l’identique.
Ces deux symboles avaient été retirés il y a une quinzaine d’années, pour des raisons qu’il est malaisé de comprendre.

Leur retour dans le cadre qui fut le leur perpétuera d’autant plus notre devoir de mémoire.

Cette renaissance fut possible grâce à l’initiative de notre vice-président, le commandant de Brevern. Il a entamé une délicate et longue procédure administrative, au plus haut niveau, avec les autorités compétentes. Sa persévérance fut récompensée par le rétablissement officiel et définitif de notre cimetière dans son cadre antérieur.
Qu’il en soit remercié par tous les membres de l’ASCERF.
Docteur Georges Kopiloff

Télécharger la gazette

COMMUNIQUE DE L’ASSOCIATION DU SOUVENIR DU CORPS EXPEDITIONNAIRE RUSSE EN FRANCE (1916-1918)

20 décembre 2010 at 17 h 08 min

« DEPUIS PLUS DE QUATRE VINGT DIX ANS, LA FRANCE MANIFESTE SA
GRATITUDE ENVERS LE CORPS EXPEDITIONNAIRE RUSSE (1916-1918) »

En cette année 2010 – année croisée de la Russie en France et de la France en Russie-, l’ASCERF, Association du souvenir du Corps expéditionnaire russe en France (1916-1918), gardienne de la mémoire du Corps, tient à rappeler les témoignages de gratitude de la France envers ce dernier.

#2 LA GAZETTE DE L’OURS MICHA, LA MASCOTTE DU CORPS EXPEDITIONNAIRE RUSSE.

20 novembre 2010 at 17 h 21 min

PERPÉTUER NOTRE DEVOIR DE MÉMOIRE
Assurer la pérennité de notre association-souvenir est notre devoir à tous. Maintenir notre cohésion est une nécessité.
Il faut perpétuer à tout prix le devoir de mémoire, initié depuis si longtemps par nos parents et nos anciens. Ces dernières années, nous avons développé notre communication par des liens, des livres, des articles, des conférences.
Nous avons été reconnus et appréciés par de nouveaux publics. Ceci est honorable et va dans le bon sens.
Mais nous devons faire plus!
Nous devons partager notre patrimoine historique avec la nouvelle génération. Elle seule est notre espoir et peut assurer notre pérennité.
A nous de la préparer, de la motiver en l’associant étroitement à nos activités, pour la transmission de notre devoir de mémoire.
Les membres des organisations de jeunesse, présents à nos manifestations, sont nos héritiers.
Qu’ils en soient remerciés !
Merci à chacun et chacune d’entre vous pour votre implication. Sans vous, rien n’était possible.
Je vous présente tous mes vœux pour la Nouvelle Année, vous souhaitant à tous joie et santé.

Docteur Georges Kopiloff

Télécharger la Gazette