Commémoration des 100 ans de l’arrivée du Corps expéditionnaire russe en France 1916-2016

14 février 2016 at 18 h 11 min

Mot prononcé le 26 janvier à la Cathédrale Saint Alexandre Nevsky par le Père Anatole Rakovitch, aumônier de notre association

Eminences, Mesdames et Messieurs,

Nous sommes réunis ici, en cette cathédrale, pour honorer la mémoire des soldats russes du corps expéditionnaire, morts pour la France et pour la Russie, pendant la première guerre mondiale.

Cette guerre a été terrible, inhumaine, anéantissant sans pitié des millions de vies ; la France, aujourd’hui encore, se souvient, avec douleur, de sa jeunesse mutilée.

Et c’est il y a tout juste 100 ans, en 1916, que le Tsar Nicolas II, répondant à la demande des autorités françaises, envoya 20 000 de ses soldats pour aider leurs frères d’armes français.

Ce corps expéditionnaire combattit avec courage, fut cité à maintes reprises, pour sa bravoure et son héroïsme par les hautes autorités militaires. Désormais, ces milliers de soldats qui ont donné leur vie, reposent ici en France, loin de leur patrie.

Si l’histoire de la Première Guerre Mondiale est bien connue dans ses grandes lignes, beaucoup ignorent encore l’existence, le sacrifice des soldats russes du corps expéditionnaire. Espérons que ce centenaire sera l’occasion de leur rendre ce qui leur est dû et de réparer cet oubli.

Je voudrais pour ma part, insister sur le côté humain du drame que ces soldats ont vécu.

Leur drame, ce fut la révolution russe, la traitrise de Lénine, qui poignarda la France dans le dos en signant « la paix séparée ».

Le soldat russe avait pour devise, pour idéal, de « combattre pour la Russie, le tsar et la foi », mais, en ces terres, c’était de « combattre pour la France aussi ».

Et, tout à coup, ce fut la catastrophe, le chaos, ils n’eurent plus rien à quoi ils auraient pu se raccrocher. Ni repères, ni repaire !

Alors qu’à leur arrivée en France, ils avaient été accueillis avec joie, amitié, les voilà, dès cet instant, suspectés : ils étaient, pour certains, devenus des traîtres…

Hélas, beaucoup se sont égarés !

Mais, presque immédiatement, la majorité des officiers du corps expéditionnaire réagit vigoureusement :
Le devoir avant tout, il fallait effacer l’affront ! Il était impensable pour eux de délaisser leurs camarades français : ils ont donc demandé de continuer le combat.

Aussi, en 1917, la Légion Russe fut-elle créée pour ces officiers qui ont, de nouveau, combattu avec héroïsme et abnégation, si bien que leurs attaques à la baïonnette sont devenues légendaires.

La presse, relayant les exploits de ces soldats, qualifia même leur unité de « Légion Russe D’Honneur ».

C ‘est donc avec reconnaissance pour ce qu’ils ont fait, que nous allons prier pour les âmes de ces hommes courageux.

L’invitation – télécharger le carton d’invitation

 

 

Photos Barbara Repnine